French

Il est bien connu qu’un accident peut jouer un rôle considérable dans l’histoire comme dans la vie des individus. Au cours de ma vie, j’ai pu observer de nombreux accidents et coïncidences extraordinaires. Mais je n’avais vécu un tel enchainement de circonstances comme celui que je vais vous relater ici.

Une tentative de coup d’Etat est en cours au Venezuela, à l’initiative de l’opposition réactionnaire et en concertation avec plusieurs puissances impérialistes. Le 23 janvier, le député Guaido s’est auto-proclamé « Président en charge de la République ». Donald Trump a immédiatement reconnu Guaido comme « Président du Venezuela par intérim ». Le Secrétaire général de l’Organisation des Etats Américains (OEA), une organisation dominée par les Etats-Unis, a également soutenu les putschistes.

lors, une campagne soutenue visant à calomnier son nom et déformer ses idées a été lancée, allant des historiens bourgeois et apologistes de la bourgeoisie jusqu’aux différents réformistes, libéraux et groupes anarchistes. Leur tâche est de discréditer Lénine, le marxisme et la révolution russe, tout cela dans les intérêts du règne « démocratique » des banquiers et capitalistes.

Depuis la mi-novembre, la Lituanie est le théâtre d’une grève des enseignants d’une ampleur inédite. Sous la pression des grévistes, le Premier ministre Saulius Skvernelis a été contraint de limoger trois ministres de son gouvernement, mi-décembre.

Le Référendum d’initiative citoyenne (RIC) a émergé comme la revendication démocratique centrale du mouvement des gilets jaunes. Son principe est simple : si un nombre suffisant de citoyens le demande, un référendum peut être organisé sur toute question d’intérêt public : loi, texte constitutionnel, révocation d’un élu, etc.

Le mouvement des gilets jaunes est un séisme social d’une puissance exceptionnelle. C’est un tournant majeur dans le cours de la lutte des classes en France – et une source d’inspiration pour les travailleurs du monde entier. Il aura un impact profond et durable sur la vie politique du pays.

Le lundi 26 novembre 2018, le contrat social d’après-guerre canadien est finalement décédé, après une longue période d’agonie. À son chevet, il y avait les travailleurs de l’automobile d’Oshawa et les postiers en grève. Son décès est dû aux violations systémiques et à son abandon par les entreprises et les gouvernements. Il laisse dans le deuil un régime de relations de travail de guerre de classe ouverte. Au lieu des fleurs, apportez des pancartes et érigez des piquets.

Au lendemain du discours télévisé de Macron, son contenu est examiné à la loupe et débattu parmi tous ceux qui se sont mobilisés, ces dernières semaines. Verdict : « enfumage ». En particulier, « l’augmentation du SMIC de 100 euros » n’en est pas une : elle comprend la revalorisation automatique du SMIC prévue en janvier 2019 ; et pour le reste, elle consiste en une augmentation de la « prime d’activité », qui ne coûtera pas un centime au patronat – et ne sera pas prise en compte dans le calcul des droits à la retraite.

Du 16 au 18 novembre dernier, la deuxième école francophone de la Tendance marxiste internationale (TMI) s’est tenue à Genève. Durant deux jours, plus de 70 militants et sympathisants y ont participé, venus de Suisse, de Belgique, de France, du Québec, d’Angleterre et d’Allemagne.

Depuis le 1er décembre, les journaux télévisés passent en boucle les images des affrontements qui ont embrasé Paris. Journalistes et politiciens se relayent, jour et nuit, pour « condamner les violences » – à l’exception notable des violences policières, qui ont fait au moins un mort, de nombreux blessés et visent sans cesse des rassemblements pacifiques. Les manifestations de lycéens sont brutalement dispersées. Lundi, les ambulanciers mobilisés ont subi le même sort. Pendant que la société officielle baigne l’Arc de Triomphe de ses larmes hypocrites, les grenades lacrymogènes et les coups de matraque pleuvent aux quatre coins du pays.

En France, des centaines de milliers de personnes participent depuis la mi-novembre au mouvement des gilets jaunes, à travers divers blocages, pour manifester contre la hausse des taxes sur le carburant et, de manière générale, contre la vie de plus en plus chère. Ce mouvement est le résultat inévitable d’une crise économique bien palpable, rendue de plus en plus importante par le gouvernement Macron actuel; entre les coupes dans les aides sociales, l’augmentation de taxes et autres mesures d’austérité, le mouvement des gilets jaunes témoigne d’un étouffement de la population française, étranglée par la stagnation des salaires et la hausse continuelle du coût de la vie.

Le discours de Macron, mardi matin, était une longue, une interminable provocation. Alors que les gilets jaunes exigent, au minimum, des mesures immédiates contre la vie chère, le Président a surtout parlé de la situation du monde à l’horizon 2050. Il ne nous a épargné aucune considération de « méthode » et de « pédagogie ». Mais pas une seule mesure concrète n’a été annoncée. La modulation des taxes en fonction du cours du pétrole n’est pas une mesure concrète : c’est une hypothèse vague, non chiffrée et sans échéance.

La mobilisation des gilets jaunes marque une étape importante dans le développement de la lutte des classes en France. Sans parti, sans syndicat, sans organisation préexistante, des centaines de milliers de personnes ont participé à des actions de blocage, balayant d’un revers de main les pseudo-concessions et les menaces du gouvernement. Ils sont soutenus par une grande majorité de la population. Leur détermination est à la hauteur de leur colère et de leurs souffrances. Ils brûlent d’indignation contre un gouvernement qui ne cesse d’accroître la pression fiscale sur les travailleurs, les retraités et les classes moyennes, pendant que les plus riches bénéficient de toutes sortes d’«

...

Le 7 novembre 1917, les Soviets prenaient le pouvoir, en Russie, sous la direction du Parti bolchevique. Le 7 novembre 1932, à l’occasion de son 15e anniversaire, Trotsky fit une conférence sur la révolution d’Octobre, au Danemark, à l’invitation d’une association d’étudiants social-démocrates danois. Trotsky prit la parole en allemand, au stadium de Copenhague, devant 2500 personnes. Le gouvernement danois avait interdit la radiodiffusion de la conférence, invoquant des objections du roi et de la cour…

Bolsonaro a remporté le second tour des élections présidentielles brésiliennes avec 55 % des voix, l’emportant sur Haddad – le candidat du Parti des Travailleurs (PT) – qui en a obtenu 45 %. Le moindre espoir d’un miracle de dernière minute a été écrasé. Ce résultat est un revers pour la classe ouvrière et les pauvres. Nous devons comprendre ce qu’il signifie, ce qui a mené à cette situation et quelle stratégie devrait suivre le mouvement ouvrier confronté à ce gouvernement réactionnaire.

Début juin, les ouvriers de l’usine de postes à souder « JASIC Technologies », à Shenzen, ont tenté de créer un syndicat pour se défendre contre les abus de leur direction. S'en est suivie une confrontation directe avec l’Etat chinois.

Le 30 août dernier, le premier ministre ontarien Doug Ford a annoncé qu’il forcera les universités et les collèges à appliquer une soi-disant « politique de liberté d’expression ». Soyons très clairs : cette « politique de liberté d’expression » est en fait une loi anti-manifestation, une muselière pour les étudiants qui veulent manifester de façon légitime contre les fascistes et les racistes sur les campus. Ce double discours orwellien signifie que Ford souhaite défendre la « liberté d’expression » de ses amis de droite tout en privant les étudiants et les

...

Pour une deuxième année consécutive, a eu lieu dimanche dernier la grande manifestation contre le racisme. Les milliers de manifestants s’étaient réunis notamment pour dénoncer le gouvernement Legault et ses politiques annoncées en matière de signes religieux dans le secteur public, qui constituent une attaque évidente sur les musulmanes. Les marxistes de la Riposte socialiste étaient présents en grand nombre.

Il y a un an, le référendum sur l’indépendance de la Catalogne du 1er octobre marquait un tournant dans la situation politique catalane et à travers tout le territoire espagnol. « L’Octobre républicain » a vu les masses abruptement entrer dans l’arène politique. Cette impressionnante mobilisation de la base, qui a défié l’appareil d’État et les hésitations des dirigeants de la Generalitat (parlement catalan), est devenue l’une des plus grandes menaces qu’a connues le régime de 1978 en 40 ans d’existence.

L’élection québécoise de ce lundi marque la fin d’une époque. L’appui aux deux partis de l’establishment, le PQ et les libéraux, s’est effondré et a atteint son niveau le plus bas dans l’histoire. C’est la CAQ qui en a profité, elle qui formera un gouvernement majoritaire. Mais cette élection marque aussi une polarisation à gauche avec Québec solidaire qui a plus que doublé son pourcentage du vote et est passé de trois sièges à dix. Cette situation sans précédent ouvre une nouvelle période de lutte de classe contre le gouvernement caquiste.

Le 20 août 1940, Trotsky était assassiné par un agent de Staline, au Mexique. A cette occasion, nous publions ci-dessous un article d’Alan Woods qui date de 1988.

370 militants des quatre coins du monde ont participé au Congrès mondial de la Tendance Marxiste Internationale (TMI), fin juillet, dans les Alpes italiennes. Une trentaine de pays étaient représentés. La délégation française comptait 31 militants.

Nos ennemis de classe ont l’habitude de se plaindre de notre terrorisme. Ce qu’ils entendent par là n’est pas très clair. Ils aimeraient qualifier de terrorisme toutes les activités du prolétariat dirigées contre les intérêts de nos ennemis de classe. La grève, à leurs yeux, est la principale méthode de terrorisme. Une menace de grève, l’organisation de piquets de grève, le boycott d’un patron esclavagiste, le boycott moral d’un traître de nos propres rangs – ils appellent tout cela terrorisme et bien plus encore. Si on conçoit de cette façon le terrorisme comme toute action inspirant la crainte ou faisant du mal à l’ennemi, alors, naturellement, la lutte de classe toute entière n’est

...

Il n’y a pas si longtemps, l’Allemagne était vue comme un des rares pays politiquement stables. En surface, avec une forte croissance économique et une position dominante en Europe, tout semblait aller pour le mieux pour la classe dirigeante allemande. Mais cette stabilité est aujourd’hui profondément bouleversée.

Il n’y a pas si longtemps, l’Allemagne était vue comme un des rares pays politiquement stables. En surface, avec une forte croissance économique et une position dominante en Europe, tout semblait aller pour le mieux pour la classe dirigeante allemande. Mais cette stabilité est aujourd’hui profondément bouleversée.

Nous publions ci-dessous les Perspectives mondiales 2018 de la Tendance Marxiste Internationale (TMI). Ce document livre notre analyse de la situation politique mondiale actuelle et les prévisions générales à venir. Il sera discuté, amendé et adopté lors du Congrès mondial de la TMI, fin juillet, à Turin. Il a été écrit en début d'année et, bien que certains événements se soient déroulés depuis, ces développements ont confirmé notre analyse englobant la situation mondiale.

Le 1er juillet a eu lieu l’élection générale mexicaine au cours de laquelle 18 229 postes publics étaient en jeu, cette élection fut marquée par une participation massive. Cependant, de tous ces postes, le plus important était de loin la présidence. Avec plus de 89 millions d’électeurs inscrits, le niveau de participation (selon les données disponibles) fut l’un des plus élevés de l’histoire du Mexique.

Des dirigeants de plusieurs partis de la « gauche radicale », notamment en Europe, se réclament d’un « populisme de gauche ». C’est le cas de dirigeants de Podemos, en Espagne, mais aussi de dirigeants de la France insoumise. En Belgique des dirigeants du PS comme Paul Magnette ou des syndicalistes de la FGTB y font référence. Parmi les intellectuels qui ont tenté de donner un fondement théorique au « populisme de gauche », Ernesto Laclau et Chantal Mouffe occupent une place centrale.

Les conservateurs de Doug Ford viennent de gagner les élections en Ontario. Il s’agit d’une victoire de la réaction populiste de droite dans la plus grande province du Canada. Ce résultat représente également une polarisation de classe et l’effondrement du « centre ». Les libéraux de Kathleen Wynne ont été démolis et ont perdu le statut de parti officiel. Sur la gauche, le Nouveau Parti démocratique, qui s’est historiquement appuyé sur les syndicats, a obtenu le deuxième plus haut score de son histoire. Une période d’intense lutte des classes s’ouvre et il n’y a pas de place pour la complaisance.

Quel était le véritable rôle de l’impérialisme britannique dans la formation de l’État d’Israël? Quelle était la position de l’Union soviétique et de l’empire américain à l’époque? Comment les dirigeants de l’OLP (Organisation de libération de la Palestine) ont-ils posé la question de la lutte contre Israël par le passé? Et quelle solution les marxistes peuvent-ils offrir aux travailleurs palestiniens et israéliens? Dans ce bref article, écrit en 2002, nous tentons de répondre à ces questions et de développer une perspective.

Il nous a été confirmé que le dernier de nos camarades pakistanais enlevés par les Rangersa été libéré. Nous sommes soulagés de les savoir en sécurité et nous sommes reconnaissants à tous ceux qui ont participé à la campagne de solidarité internationale. Celle-ci a joué un rôle décisif dans leur libération. Nous publions ci-dessous un message de l’Alliance de la Jeunesse Progressiste du Pakistan (PYA), célébrant le retour des camarades et la victoire de notre campagne internationale.

Sept dirigeants étudiants et syndicalistes ont été enlevés le dimanche 22 avril 2018 par l’armée et les forces de sécurité du Pakistan. Ces étudiants voyageaient de Karachi à Lahore en train, avec d’autres étudiants et travailleurs. Ils ont récemment assisté à une manifestation de solidarité à Karachi pour montrer leur soutien aux Pachtounes opprimés et pour condamner la brutalité de l’Etat dans les régions du nord du Pakistan. Les personnes disparues sont : Attaullah Afridi (organisateur étudiant et jeunesse) ; Umer Riaz (organisateur étudiant et jeunesse) ; Zain ul Abideen (organisateur étudiant et jeunesse) ; Karim Parhar (syndicaliste) ; Aftab Ashraf (syndicaliste) ; Muhammad Gulbaz

...

Sept dirigeants étudiants et syndicalistes ont été enlevés le dimanche 22 avril 2018 par l’armée et les forces de sécurité du Pakistan. Ces étudiants voyageaient de Karachi à Lahore en train, avec d’autres étudiants et travailleurs. Ils ont récemment assisté à une manifestation de solidarité à Karachi pour montrer leur soutien aux Pachtounes opprimés et pour condamner la brutalité de l’Etat dans les régions du nord du Pakistan. Les personnes disparues sont : Attaullah Afridi (organisateur étudiant et jeunesse) ; Umer Riaz (organisateur étudiant et jeunesse) ; Zain ul Abideen (organisateur étudiant et jeunesse) ; Karim Parhar (syndicaliste) ; Aftab Ashraf (syndicaliste) ; Muhammad Gulbaz

...

Sept camarades de la Tendance Marxiste Internationale (TMI) ont été arrêtés hier à Karachi par l’armée et les Sindh Rangers, une milice d’Etat paramilitaire notoirement connue pour ses exécutions extrajudiciaires. Nous devons soulever cette question dans les mouvements syndicaux et étudiants du monde entier. Nous avons besoin de messages de protestation et de solidarité. Agissez maintenant!

Les frappes américaines, françaises et britanniques contre la Syrie, samedi, sont censées avoir détruit des installations liées à la production d'armes chimiques. Quoi qu'il en soit, les installations visées avaient été préalablement évacuées. Le gouvernement russe avait été prévenu de ces frappes, de façon précise, et en avait lui-même informé le gouvernement syrien.

Le texte ci-dessous est la traduction de notes manuscrites (en russe) de Trotsky. Elles datent de décembre 1928 – selon Pierre Broué – et n'ont jamais été publiées du vivant de leur auteur. La version que nous proposons ici s'appuie sur celle publiée par Pierre Broué dans son édition des Œuvres de Trotsky.

La grève des cheminots a donné une nette impulsion à la mobilisation d’autres secteurs du salariat –et à la mobilisation des étudiants. Eboueurs, salariés d’Air France, fonctionnaires, avocats, postiers, travailleurs des Hôpitaux et des EHPAD (entre autres): chaque jour, de nouveaux secteurs se lancent dans la lutte ou s’y déclarent disposés. La «convergence des luttes» n’est plus seulement un mot d’ordre; c’est un fait.

Hier, 9 avril, la présidence de l’université de Nanterre a fait intervenir deux sections de CRS, dans un amphithéâtre, pour en expulser violemment une centaine d’étudiants réunis en Assemblée Générale. Sept étudiants ont été arrêtés. Six sont encore en garde à vue, dont notre camarade Andréas Coste et le camarade Victor Mendez (photo ci-dessous). Il est clair que les arrestations ont «ciblé» des animateurs du mouvement sur la fac.

Après la réforme du Code du travail, Macron s’attaque désormais au statut des fonctionnaires, par la mise en place d’un Comité d’action publique pour 2022, dit «CAP22», avec la volonté d’aligner les normes sociales du secteur public sur le secteur privé.

La Bataille de Stalingrad (aujourd’hui Volgograd) représente le véritable tournant de la Seconde Guerre mondiale. Près de 800 000 soldats allemands, italiens ou roumains furent tués ou capturés, dont la totalité de la Sixième Armée allemande et son commandant en chef. Défaite cuisante pour Hitler, cette bataille mit fin à la toute-puissance de la Wehrmacht.L’affrontement atteint des proportions titanesques; par comparaison, la Bataille d’El Alamein, victoire britannique, ne fut qu’une escarmouche.

Le 14 mars 1883, Karl Marx s'étegnait à Londres. À l'occasion du 135e anniversaire de la mort de Marx, nous publions ce discours donné par son camarade Friedrich Engels lors de ses funérailles quelques jours plus tard.

Les mobilisations prévues dans le cadre de la Journée internationale des droits des femmes ont pris un tour spectaculaire en Espagne. « C'était plus qu'une grève, c'était presque une révolution », déclarait un commentateur dans El Periodico,un quotidien édité à Barcelone. La grève a été suivie par plus de 6 millions de personnes: principalement des femmes, mais aussi des hommes. Organisées dans plus de 120 villes, les manifestations ont mobilisé par centaines de milliers.

Il y a 170 ans, le Manifeste du Parti communiste était publié par Marx et Engels. À l'occasion de cet anniversaire, nous publions ici un texte de Trotsky portant sur la pertinence de l'oeuvre. Il s'agit de l'introduction de 1937 à la version afrikaane du Manifeste.

L’École marxiste d’hiver de Montréal est maintenant le plus grand événement marxiste au Canada et au Québec, mais l'édition de cette année était particulièrement spéciale. Nous avons eu une participation record de près de 230 personnes. Des camarades sont venus de l’Ontario, de l’Alberta, de la Colombie-Britannique, du Québec, de France, du Royaume-Uni, des États-Unis et du Mexique pour y assister. Deux cent ans après la naissance de Karl Marx, l’École marxiste d’hiver 2018 a donné la preuve que les idées marxistes sont plus vivantes que jamais et progressent travers tout le pays.