La Coupe du Monde de football, qui se tient dans 12 villes du Brésil, débutera d’ici quelques jours. Environ 500 000 touristes sont attendus pour cet événement. Cependant, au lieu des célébrations et de la réjouissance nationale dans un pays longtemps reconnu pour ses traditions de football, il y a énormément de tension alors que s’amorce le tournoi.

L’usine Flasko, au Brésil, est occupée et administrée sous contrôle ouvrier depuis 11 ans. Aujourd’hui, les travailleurs de cette usine de café luttent pour qu’elle soit officiellement nationalisée – sous contrôle ouvrier. Les travailleurs de Flasko doivent présenter une pétition signée par 10 000 personnes, d’ici le 17 juin, pour obliger le Sénat brésilien à organiser une audition et une discussion formelles sur cette proposition d’exproprier l’usine occupée. Merci d’aider ces camarades en signant la pétition (voir le lien ci-dessous). La nationalité brésilienne n’est pas requise.

Les récentes élections européennes ont envoyé une onde de choc dans le paysage politique du continent. Des partis de droite soi-disant « anti-système » ont fait des scores importants dans des pays comme la France, la Grèce et la Grande-Bretagne, au grand dam des partis traditionnels. Mais l’idée que cette élection représente un brusque mouvement vers la droite – voire vers le fascisme – est complètement fausse.