L’actuelle crise sanitaire marque un tournant de l’histoire mondiale. Ses répercussions économiques, sociales et politiques seront colossales. La réaction en chaîne qui a commencé en décembre 2019, dans un marché couvert de Wuhan, ne s’éteindra pas avec le reflux de la pandémie.

Depuis qu’elle est devenue l’épicentre de la pandémie du coronavirus, l’Europe est maintenant confrontée à sa plus grave crise depuis la Seconde Guerre mondiale. Tous les piliers de la soi-disant « intégration européenne » commencent à s’écrouler sous cette pression.

Le pays entier est supposé être confiné depuis le 16mars. Macron l’a dit et les médias l’ont répété: «restez chez vous! ». Pour ma part et comme des millions d’autres salariés, je ne suis pas confiné. Je continue à sortir tous les jours, pour aller travailler comme caissier dans une supérette «équitable». Les ventes enregistrent des chiffres record et le patron nous envoie chaque jour des mails dithyrambiques pour nous féliciter de notre implication dans cet «effort national».