Les manifestations anti-CPE se succèdent à un rythme quasi-quotidien. En un mois et demi, plusieurs millions de lycéens, d’étudiants et de salariés ont battu le pavé ou fait grève pour exiger le retrait du CPE - et, de plus en plus souvent, la démission du gouvernement. Face à l’ampleur croissante de la mobilisation, la droite prend peur et se divise.