French

Nous sommes heureux d’annoncer le lancement d’un nouveau journal : Révolution communiste. Pour beaucoup de gens, cela peut paraître surprenant. Une révolution communiste, ici au Canada? OUI! Croyez-le ou non, le communisme est de plus en plus populaire au Canada. C’est précisément dans le but de rassembler les communistes d’ici au sein d’une organisation que nous lançons ce nouveau journal communiste révolutionnaire.

Le massacre des Palestiniens de Gaza par la puissante machine de guerre de l’Etat israélien provoque dans la jeunesse et la classe ouvrière une vague de profonde répulsion. Beaucoup de gens cherchent un moyen de mettre fin à ce carnage et de pouvoir aider « concrètement » la lutte des Palestiniens. C’est précisément ainsi que la campagne internationale « BDS » (pour « Boycott, Désinvestissement, Sanctions ») est présentée par ses animateurs. D’après eux, cette combinaison d’une campagne massive de boycott des produits israéliens par les consommateurs et d’appels lancés aux entreprises et aux gouvernements d’Occident pour qu’ils mettent fin à toute coopération avec l’Etat sioniste et

...

Lorsque je me lève le matin, que je mets mes chaussures et que je fais mes lacets, je me demande souvent « Qui a fait ces chaussures ? ». Et quand je m'assois à table pour prendre mon petit-déjeuner, je me demande : « Qui a fabriqué cette table et qui a travaillé dans la ferme d'où provient l'avoine de mon porridge ? » Lorsque je dois me rendre à l'hôpital pour un examen, je me demande à quelle classe appartient l'infirmière. Vous vous demandez peut-être pourquoi je me pose ces questions. Eh bien, nous sommes bombardés par l'idée que la classe ouvrière n'existe plus, qu'elle a été abolie et que nous appartenons tous, dans une large mesure, à la « classe moyenne ».

Selon de récentes projections, la population mondiale pourrait diminuer d’ici la fin du siècle. Ce serait inédit depuis la Peste noire. Cette dynamique démographique inquiète les classes dirigeantes, qui sont déjà confrontées à un manque de main d’œuvre dans certains secteurs, ainsi qu’à une augmentation du poids relatif des retraités.

Un mois après le début de la campagne de nettoyage ethnique menée par le gouvernement israélien contre les Palestiniens, l’Organisation des dockers du port de Barcelone (OEPB) a décidé de “ne pas permettre le passage dans notre port de navires transportant du matériel de guerre”. Le syndicat des travailleurs portuaires (USTP) a pris la même décision le 8 novembre.

Le massacre de Gaza a désormais atteint le chiffre macabre de 10 000 morts, tandis que plus d'un million de personnes ont été déplacées et n'ont nulle part où aller. Pour donner un ordre de grandeur, les Forces de Défense Israéliennes (FDI) ont tué plus de personnes à Gaza en un moisque le nombre total de civils ukrainiens tués au cours des 21 mois qui ont suivi le déclenchement de la guerre en Ukraine en février 2022. Ce dernier chiffre s'élevait à 9 600, selon les estimations du mois dernier.

L’armée israélienne, après beaucoup de tergiversations, a finalement entamé ses opérations terrestres contre Gaza le week-end dernier. Mais il ne s’agit pas d’une offensive tous azimuts. Les chefs militaires israéliens sont bien conscients du risque auquel ils exposeraient leurs propres soldats en les engageant dans des combats urbains. Ils sont aussi attentifs à essayer de ne pas donner au Hezbollah l’excuse dont ils ont besoin pour élargir le conflit et ouvrir un second front au nord, sur la frontière avec le Liban. Qu’est-ce que Netanyahou et ses généraux ont donc derrière la tête ?

La guerre contre Gaza atteint une étape cruciale. Les images horribles de civils massacrés ont provoqué une vague de révulsion dans le monde entier. Des milliers de personnes sont descendues dans les rues des capitales du Moyen-Orient pour réclamer une action en faveur de Gaza, tandis que des centaines de milliers de personnes en Occident ont protesté contre la complicité de leurs gouvernements dans les crimes d’Israël.

Des centaines de personnes ont été tuées mardi lors du bombardement de l’hôpital baptiste Al-Ahli al-Arabi dans le quartier Al-Zeitoun de Gaza. L’hôpital n’abritait pas seulement ses patients (dont beaucoup avaient été blessés dans de précédentes frappes israéliennes), il hébergeait aussi des milliers de personnes qui cherchaient un abri face aux attaques de l’armée israélienne.

Ce court article de Karl Marx, publié dans le New York Daily Tribune en 1857, commente la rébellion indienne qui a éclaté la même année contre la Compagnie britannique des Indes orientales. En quelques lignes, Marx dénonce l’hypocrisie de la bonne société anglaise horrifiée par la violence des rebelles alors qu’elle est le produit de décennies d’oppression. Ses propos sont d’une grande pertinence aujourd’hui dans le contexte des événements en Israël-Palestine.

Cette déclaration exprime la solidarité de la Tendance Marxiste Internationale avec le peuple palestinien. Elle répond à l'hypocrisie répugnante de l'impérialisme occidental et de ses laquais, qui se rallient à l'Etat réactionnaire d'Israël alors qu'il exerce une vengeance sanglante sur Gaza, à la suite de l'attaque surprise du Hamas le 7 octobre. Nous expliquons en outre pourquoi la libération de la Palestine ne peut être obtenue que par des moyens révolutionnaires et le renversement du capitalisme dans toute la région.

Après des décennies de croissance, l’économie chinoise a commencé à ralentir au milieu des années 2010. En 2020, la pandémie a précipité une crise profonde qui a mis à nu les pires aspects du capitalisme chinois et du régime dictatorial de Xi Jinping. La jeunesse chinoise a été frappée de plein fouet, et aujourd’hui la crise ne lui laisse pas d’autres voies que le désespoir ou la révolte.

L’attaque du Hamas contre Israël hier (samedi 7 octobre) a été un choc, prenant par surprise les services de renseignement et l’establishment militaire israéliens, mais elle ne devrait pas nous surprendre le moins du monde. C’est la conséquence directe de l’escalade de la répression violente des Palestiniens promue par Netanyahou, qui dirige le gouvernement le plus à droite et réactionnaire de l’histoire d’Israël.