La mort du camarade Camilo Cahis

Le mouvement a perdu l’un de ses plus grands militants. Camilo Cahis a été emporté par la maladie mentale dans la nuit du samedi 25 avril 2015. Nous, ses camarades, lui sommes à jamais redevables.

Camilo était un homme très gentil, timide, modeste et humble. Il était aussi extrêmement intelligent et capable de se tenir debout et de remplir son rôle de leader de la section canadienne de la Tendance marxiste internationale. Malheureusement, un nombre insuffisant de gens connaissait son nom ou son rôle. Il allait certainement être une figure importante des luttes à venir.

Ce n’est pas un hasard si peu de personnes en dehors de La Riposte/Fightback et de la Tendance marxiste internationale connaissaient son nom. Camilo évitait activement les feux de la rampe. Il voyait son rôle comme un devoir envers la classe ouvrière et les opprimé-e-s. Il avait un sain mépris pour la politique axée sur la personnalité et le prestige, autant en général qu’envers des individus plus préoccupés par leur carrière, leur poste et leur égo, que par les besoins du mouvement. Je me souviens lui avoir expliqué que dans le mouvement, il y a toujours des individus qui deviennent des figures faisant autorité, résultat de leur travail de pionnier dans la construction des forces du marxisme et à cause de leur connaissance de la théorie marxiste et de leur habileté à transmettre ces idées au mouvement en entier, et par là-même aidant l’organisation à atteindre plus de travailleurs-euses et de jeunes. Mais il ne se voyait pas dans cette position, bien que dans la section canadienne de la TMI, il jouait clairement un tel rôle.

J’ai rencontré Camilo une première fois en 2003 à Vancouver, pendant une grève des auxiliaires d’enseignement de l’University of British Colombia. Il avait grandi dans une famille de révolutionnaires chiliens ayant fui la dictature de Pinochet. La génération d’Allende a souffert des séquelles de la défaite historique de 1973, mais plusieurs de leurs enfants ont fini par jouer un rôle important dans la lutte d’aujourd’hui. Camilo était l’un de ces enfants.

Il s’est joint à l’UBC NDP club, et c’est là que nous l’avons rencontré. Au début, il était vraiment sceptique à l’égard des marxistes. C’était dans son habitude. Il était toujours vigilant et sceptique devant des nouvelles idées et de nouveaux plans, mais en devenait un ardent défenseur une fois la nouvelle idée rigoureusement testée. Cela m’a causé d’énormes frustrations au fil des années alors qu’il résistait les nouvelles idées dont j’étais passionnément convaincu. Cependant, j’en suis venu à respecter et même me servir de cette vigilance, même s’il fallait quelques jours de plus pour le convaincre. Sa vigilance nous a souvent évité des erreurs coûteuses, ou permettait de voir des trous dans une conception correcte en générale mais ayant des faiblesses dans le détail.

Camilo adorait le bon vin, et était un fin connaisseur grâce à son expérience comme travailleur dans un magasin de vin. Malheureusement, son cellier a souffert durant les dernières années, la vie d’un révolutionnaire professionnel ne laissant pas beaucoup de place au luxe. Mais il apportait occasionnellement une bouteille qui se mariait parfaitement ou qui fascinait par sa complexité. Il adorait visiter les vignobles de la région du Niagara et était très opiniâtre quant à la politique socialiste correcte de distribution d’alcool qui ne détruirait pas la petite production dont il était si passionné. Les communistes ne sont pas opposé-e-s aux bonnes choses de la vie; nous pensons simplement que tout le monde devrait y avoir accès. Camilo était fier de son héritage chilien, et rigolait à propos de sa « déviation nationaliste » consistant à placer un drapeau du Chili sur son bureau dans le nouveau bureau de La Riposte/Fightback. Il prévoyait également ajouter un drapeau à l’effigie des Maple Leafs de Toronto (l’équipe de hockey de la ville) et il était victime de plusieurs blagues sur sa défense de causes perdues. Il était difficile de savoir s’il voulait ce drapeau pour supporter cette équipe sans cesse perdante ou s’il voulait seulement irriter nos camarades montréalais-es avec leur équipe, les Canadiens de Montréal. Malgré son attitude extrêmement sérieuse, il lui arrivait souvent de ricaner comme un petit enfant lorsqu’il trouvait une nouvelle blague.

Camilo a joué un rôle de premier plan dans la campagne internationale Pas touche au Venezuela et il était en charge de défendre la révolution à d’innombrables occasions tout en éduquant les travailleurs-euses et la jeunesse sur le besoin d’une révolution non seulement en Amérique latine, mais aussi en Occident. Il aimait bien citer Chavez qui disait que la meilleure façon de supporter la révolution bolivarienne était de construire les conditions pour la révolution chez soi.

J’ai eu l’honneur de travailler main dans la main avec Camilo comme plus proche collaborateur et camarade depuis 10 ans, et depuis 5 ans comme collègue de travail. Il prenait de plus en plus son rôle chaque jour. Sa timidité représentait au départ une barrière à la prise de parole en public, mais son intelligence et sa compréhension de l’importance de ce médium ont fait de lui un orateur instructif qui laissait sa marque auprès du public.

Malgré son expérience, il n’a jamais cessé d’apprendre. S’il n’avait pas été si cruellement enlevé à nous, je suis sûr qu’il serait devenu une figure d’une singulière importance. Malheureusement, nous ne sauront jamais ce qu’il aurait pu accomplir. Ironiquement, sont dernier article publié avant sa mort est également le plus populaire sur le site marxist.ca. Son analyse de la classe ouvrière albertaine à la veille des élections est littéralement devenue virale en Alberta, atteignant plus de 35 000 personnes. Dans cet article, Camilo a expliqué comment l’Alberta, le Texas canadien, n’est pas immunisé contre la lutte des classes et s’est battu contre le rejet élitiste des travailleurs-euses de l’Alberta par des activistes de l’Ontario et du Québec. L’Alberta fait maintenant face à un tremblement de terre politique. Camilo prévoyait écrire un article post-élections, une tâche que ses camarades devront assumer. C’est un honneur pour cet homme qu’il fut capable d’être si productif et être en même temps si malade.

Camilo était responsable de plusieurs des tâches ingrates du bureau de La Riposte/Fightback. Sans de telles obligations, aucune organisation sérieuse ne peut fonctionner. Il éditait les articles, mettait à jour le site web et traitait un volume énorme de correspondance, entre autres. Ses contributions les plus importantes toutefois étaient dans l'éducation de la jeunesse aux idées marxistes. Il savait beaucoup de choses pour son âge. Si on peut retenir une chose de la vie de Camilo c'est ce besoin de se dédier à l'étude et à la discussion sur la théorie politique comme moyen d'émanciper la classe ouvrière. Cela vise particulièrement la jeunesse.

La maladie qui a emporté Camilo est de plus en plus répandue avec la crise du capitalisme. Le suicide est une épidémie. Le capitalisme tue littéralement. Cependant, il est faux d'appliquer cette généralisation de masse à chaque individu, spécialement à Camilo. Il est nécessaire d’en parler afin de briser le silence et la stigmatisation. Il a combattu la maladie mentale pendant plusieurs années et avait tout fait pour le mieux. Il voyait un psychologue chaque semaine et recevait de l'aide médicale. À travers la politique, il avait un cercle social vivant de camarades qui tenaient profondément à lui. Il n'était pas désespéré face au futur, il était extrêmement fier des accomplissements des marxistes au Canada et à l'international. La Riposte/Fightback venait de réussir sa campagne pour obtenir un bureau, une grande avancée. Il était l'auteur de notre document sur les perspectives pour 2015, qui est rempli de confiance en la révolution et la classe ouvrière. Nous espérons rendre ce document traditionnellement sans auteur disponible en tant qu'hommage à Camilo.  Il était aussi un homme très réservé et terriblement gêné par sa maladie. Il n'avait pas besoin de ces inquiétudes. Certaines personnes se battent jusqu'à la fin contre le cancer et succombent. Il a combattu la dépression jusqu'au bout, et a été englouti par cette maladie malgré ses meilleurs efforts et ceux de ses ami-e-s.

Nous gardons camarade Camilo dans nos cœurs tandis que nous poursuivons la lutte à laquelle il a dédié sa vie trop courte. Il est trop tôt pour dire « Ne pleurons pas, organisons-nous», alors nous ferons les deux. Chaque lutte a ses pertes et celle-ci est la plus dure à laquelle nous ayons eu à faire face.  Nous savons que nous ne serions pas où nous sommes aujourd'hui sans Camilo Cahis. Un camarade est tombé dans la lutte, nous devons prendre la relève jusqu'au jour final où c'est le misérable système capitaliste que nous mènerons à la tombe.

Camilo, 33 ans, laisse dans le deuil sa mère, son père, ses deux frères, et sa famille révolutionnaire au Canada et à l'international. Il était très aimé et nous manquera jusqu'à la fin.

Ceux qui voudraient contribuer à la cause à laquelle Camilo a dédié la majorité de sa vie adulte peuvent , en guise de fleurs, prendre un abonnement solidaire à La Riposte/Fightback ou faire un don. Nous planifions de créer un fonds de solidarité qui couvrira le coût des arrangements funéraires. Mais plus important encore, joignez-vous à la lutte révolutionnaire. C’est là le plus bel hommage que nous puissions faire à Camilo. Contactez La Riposte à This email address is being protected from spambots. You need JavaScript enabled to view it. ou au (438) 887 1917 si vous voulez contribuer.

La Riposte

Boîte Postale CP 33, SUCC. C

Montréal, Québec

H2L 4J7

Ceux qui veulent offrir leurs condoléances ou des souvenirs de Camilo, veuillez les envoyer à : This email address is being protected from spambots. You need JavaScript enabled to view it.. Nous souhaitons en publier une sélection dans les prochains jours.

Voici une liste d’articles pour ceux qui sont peu familiers au travail de Camilo :

Également, quelques vidéos des présentations publiques de Camilo :