Ces vingt dernières années, la nature du régime politique russe a fait couler beaucoup d’encre. La bourgeoisie occidentale décrit souvent Vladimir Poutine comme un héritier du stalinisme et des soi-disant « traditions russes ». En réalité, son régime est surtout le fruit (pourri) de la restauration du capitalisme en Russie, au début des années 1990. Le Kremlin défend les intérêts du capitalisme russe – comme Macron défend ceux du capitalisme français. Et comme la France, la Russie est une puissance impérialiste dominée par d’immenses firmes industrielles et financières.

L’épidémie de coronavirus en Chine est critique. Selon les chiffres officiels, 5 997 cas ont été confirmés dans tout le pays jusqu’à maintenant, la grande majorité d’entre eux à Wuhan, la capitale de la province de Hubei. Cependant, neuf autres provinces ont signalé plus de 100 cas confirmés, la plupart dans les provinces industrielles du Zhejiang et du Guangdong. La maladie s’est propagée au-delà des frontières de la Chine, de la Thaïlande à l’Australie en passant par les États-Unis.

Les grands médias bourgeois ne se lassent pas de le souligner : la gauche française est en crise. Finie l’époque où le PS et le PCF réunissaient, à eux deux, une nette majorité de l’électorat populaire. Quant à la France Insoumise (FI), elle n’a pas consolidé son succès d’avril 2017, comme on l’a vu aux élections européennes.