Cet article date d’août 2009. Deux mois après le coup d’Etat au Honduras, le 28 juin dernier, la résistance populaire contre les putschistes se poursuit, invaincue. A l’heure où ces lignes sont écrites, les grèves, les rassemblements et les manifestations n’ont pas cessé.

L’automne dernier, le système capitaliste a connu sa plus grande crise économique depuis La Grande Dépression. Aucun économiste, politicien ou membre de la presse bourgeoise n’avait prédit cette crise. Depuis lors, tous essayent de convaincre le peuple que le pire est derrière. Ceci est le moindre des péchés de la bourgeoisie.