De nouveaux développements, au Venezuela, montrent que la contre-révolution s’organise et prépare une nouvelle offensive prolongée contre le gouvernement bolivarien. Face aux effets de la récession économique, nous avons assisté à des réalignements, dans le paysage politique, qui peuvent jouer un rôle décisif lors des élections législatives de septembre prochain.

Depuis le lundi 26 avril, les salariés d’Airbus bloquent la production, pour une durée indéterminée, sur la question des salaires, de l’emploi et des conditions de travail. C’est un mouvement sans précédent par son ampleur. Il faut remonter aux années 70 pour voir un mouvement similaire, mais celui d’aujourd’hui est marqué par une unité syndicale inédite.

L’appel du Président Chavez à constituer une nouvelle internationale révolutionnaire, la Ve Internationale, a suscité un débat passionné dans le mouvement ouvrier, en Amérique latine et au-delà. Cette question ne peut pas laisser les marxistes indifférents. Quelle attitude devons-nous adopter à l’égard de cette initiative ?

Patrick Braouezec, député de Seine-Saint-Denis, a annoncé qu’il quittait le PCF. Cette nouvelle ne surprendra personne. Depuis longtemps, Braouezec est l’un des chefs de file des soi-disant « rénovateurs » – en fait, des liquidateurs –, avec Zarka, Martelli et d’autres « personnalités » qui le suivront. Il fait partie de ces élus pour qui le PCF n’a d’intérêt que dans la mesure où il peut leur procurer des positions prestigieuses, ainsi que le pouvoir et les avantages matériels qui vont avec. La « forme parti » est morte, dit-il. Mais il n’aurait pas vu d’inconvénient à ce que la « forme parti » le désigne tête de liste du Front de Gauche en Ile-de-France, aux élections régionales.

Les résultats du premier tour des élections régionales indiquent un profond rejet de la politique réactionnaire du gouvernement Sarkozy. Le pendule politique repart vers la gauche, dans le contexte général d’un regain des luttes sociales. Comme on pouvait s’y attendre, le PS en est le premier bénéficiaire, et ce alors que tant d’observateurs superficiels en annonçaient pratiquement la mort, au lendemain des élections européennes de juin 2009.

120 militants et sympathisants communistes ont assisté à la réunion fondatrice du réseau Renforcer le PCF, renouer avec le marxisme, le samedi 30 janvier, à Paris. Il y avait des camarades d’une quinzaine de départements : le Finistère, la Haute-Garonne, les Deux-Sèvres, le Rhône, le Gard, l’Allier, l’Aisne, la Seine-Maritime, le Territoire de Belfort, la Meuse et la plupart des départements d’Ile de France. L’ambiance et les débats furent excellents.

Le 49ème congrès confédéral de la CGT s’est réuni à Nantes du 7 au 11 décembre derniers. Le rapport d’activité des trois dernières années et le texte d’orientation pour les trois prochaines ont été approuvés à une très large majorité des délégués. Bernard Thibault, le Secrétaire Général, a été facilement reconduit dans ses fonctions. Toutes les propositions visant à doter la CGT d’un plan de lutte concret et résolu contre la dégradation constante des conditions de vie des salariés ont été écartées. Le programme de la CGT ne contient aucune mesure portant atteinte à la propriété capitaliste. Dès lors, on comprend qu’à l’issue du congrès de Nantes, la presse capitaliste encense le « réalisme » et la « modernité » de la direction de la CGT.

Le 30 janvier prochain, à Paris, le réseau Renforcer le PCF, renouer avec le marxisme tiendra sa réunion fondatrice. Ce réseau porte le nom du texte alternatif qui a réalisé 15% des voix, lors du 34e Congrès du parti. La réunion du 30 janvier, comme le réseau lui-même, sera ouverte à tous les militants et sympathisants communistes qui souhaitent y participer.