Durant la nuit du 23 mai, la police a mené une « application drastique » de la loi spéciale 78. La veille, des centaines de milliers d’étudiants, de travailleurs et leurs familles emplissaient les rues de Montréal lors de la plus grande manifestation, et la plus grande opposition à une loi, de l’histoire du Canada.

La campagne du Front de Gauche à l’élection présidentielle fut un immense succès. Le score réalisé par Jean-Luc Mélenchon (11,1 %) est près de six fois plus élevé que celui de la candidate du PCF en 2007.

Sarkozy est vaincu. Le candidat socialiste a remporté 51,62 % des suffrages exprimés. Mais ce résultat global cache l’ampleur réelle du rejet de Sarkozy et de la droite. Dans pratiquement toutes les grandes villes de France, même celles qui se trouvent dans des départements empreints de conservatisme, le score de Hollande est bien supérieur à son score national. Citons les cas de Strasbourg (55 %), Reims (53 %), Chartres (52 %) ou encore Cherbourg (60 %). Une large majorité de salariés a voté pour la gauche. Même chose chez les électeurs de 18 à 55 ans. Les réserves sociales de la droite résident essentiellement chez les riches, chez ceux qui vivent de l’exploitation d’autrui, chez les personnes âgées, dans les campagnes et plus généralement dans les eaux stagnantes de la société. Les villes, la jeunesse, les travailleurs – toutes les forces vives du pays, en somme – ont massivement rejeté Sarkozy et sa politique réactionnaire.

Lorsque ce journal sera mis sous presse, la grève des étudiantes et étudiants entamera sa onzième semaine. Toutes les tentatives de Jean Charest et son gouvernement pour étouffer et diviser le mouvement étudiant ont connu l’échec et pis encore, elles ont généralement servi à nourrir la flamme et à propager l’indignation au reste de la population. La campagne médiatique aux relents de vitriol lancée autour de la supposée «violence» des étudiantes et étudiants a aussi essuyé un échec et pendant ce temps, le gouvernement s’est refusé à condamner l’usage démesuré et sans discernement de la brutalité policière et les arrestations massives à l’aveuglette.

Le candidat du Front de Gauche, Jean-Luc Mélenchon, a obtenu 11,1 % des suffrages exprimés lors du premier tour de l’élection présidentielle. Cet excellent résultat est à l’image d’une campagne exemplaire qui, pendant plusieurs mois, a mobilisé les énergies de dizaines de milliers de militants du PCF, du Parti de Gauche et des organisations syndicales, en particulier de la CGT.

Le 12 novembre dernier, une quarantaine de Jeunes Communistes (JC) étaient réunis au siège national du PCF pour une journée de débat sur le thème du socialisme. Cela faisait suite au dernier Congrès national des JC, en avril 2010, qui avait adopté à une très large majorité un amendement affirmant que«le monde du travail doit devenir la classe dominante», dans le but de construire«le socialisme du 21e siècle». De manière générale, ce Congrès avait été marqué par de nombreuses interventions réclamant un «retour à Marx» et une réaffirmation des objectifs révolutionnaires du mouvement.

Paris, février 1962. La perspective d’une fin de la guerre d’Algérie semble s’être éloignée depuis la suspension des pourparlers de paix, le 28 juillet 1961, entre le GPRA. (Gouvernement Provisoire de la République Algérienne) et le gouvernement français. Cependant, dans les arcanes du pouvoir, tout le monde s’accorde à dire que la seule issue possible est l’indépendance de l’Algérie. S’accrochant désespérément à leur rêve d’une Algérie française, les fascistes de l’OAS. (Organisation Armée Secrète), multiplient les attentats en Algérie et en Métropole. Cette stratégie de la terreur vise à mettre la pression sur le gouvernement français, qui se dit de plus en plus favorable à de nouvelles négociations avec le GPRA.