Le marxisme est une vision à long terme de l’histoire. Il y a certains moments de l’histoire qui sont des tournants décisifs. 1789, 1917 et 1929 furent de tels moments. Alors, l’ensemble du processus s’accélère. Ce qui semblait définitivement figé se transforme en son contraire. À la liste de grands tournants de l’histoire, nous devons désormais ajouter l’année 2008. La nouvelle période qui s’est ouverte avec la crise de 2008 trouve son expression dans une intensification de la lutte de classe et, en ce qui concerne les relations entre États, dans des guerres et des conflits internationaux.

Nous publions ci-dessous l’analyse de la situation mondiale de la Tendance Marxiste Internationale (TMI). Il s’agit d’un projet de document qui servira de base à la discussion et sera amendé et soumis du congrès mondial de la TMI qui se tiendra cet été.

Cet article est composé d’extraits d’un long article d’Alan Woods publié sur In Defence of Marxism.

La parution en anglais [et en français] du roman L’homme qui aimait les chiens, de l’auteur cubain Leonardo Padura, est un événement littéraire et politique majeur. Né à La Havane en 1955, Leonardo Padura est un romancier d’envergure, ainsi qu’un journaliste et un critique. Ses récits du détective Mario Conde ont été traduits dans de nombreuses langues et ont remporté des prix littéraires dans le monde entier.

Le mouvement actuel de protestation en Bosnie représente une nouvelle étape de développement dans le processus révolutionnaire européen. Le mouvement révolutionnaire de la classe ouvrière et de la jeunesse bosniaques est un exemple rayonnant pour les mouvements à venir en Europe et partout dans le monde.

La chute de Ianoukovytch ne marque pas la fin du drame ukrainien. Plus de vingt ans après la chute de l’URSS et l’avènement de « l’indépendance nationale » de l’Ukraine, ce pays potentiellement prospère sombre dans un abîme de souffrances. L’économie s’effondre. Une clique d’oligarques pille le pays et vit dans une opulence obscène. Ils sont les véritables maîtres de l’Ukraine.

Après plusieurs jours de manifestations violentes de l’opposition dans différentes villes du Venezuela, le 12 février avait été annoncé comme le jour J d’une offensive visant à renverser le gouvernement démocratiquement élu de Nicolas Maduro. Hier, donc, dans plusieurs villes, des manifestations de l’opposition ont été autorisées. Elles n’ont pas été réprimées. Dans le même temps, de plus grandes manifestations de la jeunesse révolutionnaire étaient organisées pour marquer le 200e anniversaire de la bataille de La Victoria, lors de la guerre d’indépendance.

Près de cinq ans après sa création, le Front de Gauche traverse une période de fortes turbulences. Dans un certain nombre de villes – et non des moindres –, le PCF et le Parti de gauche (PG) n’auront pas de listes communes au premier tour des élections municipales de mars 2014. Par ailleurs, mi-décembre, le PG a annoncé qu’il suspendait pendant quatre mois sa participation au Parti de la Gauche Européenne (PGE), qui regroupe plusieurs partis européens de la « gauche radicale » (dont le PCF) et qui vient de réélire à sa tête Pierre Laurent. Pourquoi cette auto-suspension ? Parce que Pierre Laurent a soutenu l’option d’une liste PS-PCF au premier tour des municipales à Paris, nous expliquent les dirigeants du PG. Dans L’Humanité Dimanche du 19 décembre, Cédric Clérin (PCF) réagissait ainsi : « Le Parti de gauche veut-il la peau du Front de Gauche ? On pourrait le croire, tant les actes de rupture envers son allié communiste se multiplient ». De son côté, le PG affirme que les dirigeants du PCF sont responsables de cette situation et mettent en péril le Front de Gauche.

Chostakovitch est né à Saint-Pétersbourg le 25 septembre 1906 et s’est éteint à Moscou le 9 août 1975. Il a donc vécu la révolution d’Octobre, la guerre civile, deux guerres mondiales – et les horreurs du stalinisme, qui ont changé le cours de sa vie, de même qu’elles ont changé le destin de l’URSS en ruinant les espoirs soulevés par la révolution bolchevique. De tels événements appelaient une musique d’une envergure comparable ; ils ont trouvé un écho dans les puissantes symphonies de Chostakovitch.

Le jour de l’hommage national à Nelson Mandela a tourné au désastre pour la bourgeoisie, l’ANC et le Président Jacob Zuma, quand les masses ont tout chamboulé et pris leur place au cœur de l’évènement. Environ 90 chefs d’Etat, présidents, premiers ministres, rois, magnats des affaires et dignitaires étrangers des quatre coins du globe sont venus assister au service funéraire de l’ancien président Nelson Mandela. Mais ces « gens respectables » se sont retrouvés face à une foule composée de 60 000 personnes ordinaires émues, défiantes et bruyantes au FNB Stadium de Soweto. Le résultat fut un énorme embarras pour ces « gens respectables » et en particulier pour le Président Zuma, conspué par la foule au milieu d’un déferlement d’émotions brutes.

Fin septembre [1], des manifestations se sont propagées partout au Soudan après l’annonce de l’augmentation des prix du carburant. Ce n’est pas le premier soulèvement contre la dictature islamiste du Président Omar el-Béchir, au pouvoir depuis 1989. Les manifestations de l’an passé contre les mesures d’austérité ont bousculé le régime. Mais les dernières manifestations sont les plus importantes qu’il y ait eu depuis le début de la dictature. La répression brutale menée par la police et les miliciens islamistes n’a pas dissuadé la jeunesse héroïque du Soudan. Mais réussira-t-elle cette fois-ci à renverser le régime ?

Aujourd’hui, pour le 96e anniversaire de la révolution russe, nous republions cet article d’Alan Woods, écrit pour la préface à L’Histoire de la révolution russe de Léon Trotsky, que les éditions britanniques Wellred ont republié en 2007.

Ce lundi 30 septembre la garde civile espagnole est entrée dans tous les locaux de Herrira dans plusieurs villes du Pays basque, Hernani, Bilbao, Pampelune et Vitoria. Sur ordonnance du juge d’instruction numéro 6 de l’Audience Nationale et sous la direction du le juge Eloy Velasco, 18 membres de cette organisation ont été arrêtés, et se trouvaient à la caserne de la Guardia Civil de Tres Cantos de Madrid. Ils n’ont pas été mis au secret et affirment ne pas avoir subi de pressions, ou de violences physique durant les interrogatoires. Ils ont ensuite été libérés.